Incendi de la SONARA: les assurances du gouvernement sur la stabilité des approvisionnements du marché et du prix à la pompe

Dans la nuit du 2 au 3 juin 2019, le gouvernement camerounais a organisé une conférence de presse pour rassurer le grand public sur la poursuite sereine des approvisionnements du pays en produits pétroliers, ainsi que sur le maintien des prix actuellement pratiqués à la pompe.

après l’incendie qui s’est déclaré dans la nuit du 31 mai 2019 dans les locaux de la Société nationale de raffinage (Sonara), induisant l’arrêt des activités au sein de l’unique raffinerie du pétrole brut du Cameroun.
Selon le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, en dépit de cet incident, le gouvernement poursuivra sa politique de subvention des prix des produits pétroliers à la pompe, afin de maintenir inchangés les prix aux consommateurs. Ceci malgré les fluctuations des cours sur le marché international, à partir duquel le Cameroun s’approvisionne en pétrole brut raffiné à la Sonara. Revenant sur les circonstances ayant conduit à l’arrêt des activités de raffinage à la Sonara, le ministre de l’Eau et
de l’Énergie, Gaston Eloundou Essomba, a rappelé que cette décision est consécutive à une explosion survenue sur la chaîne de raffinage dans la nuit du 31 mai 2019. À en croire ce membre du gouvernement, cette explosion a consumé quatre des 13 unités de raffinage de la Sonara, ce qui a conduit à l’arrêt des activités sur cette chaîne. Selon Gaston Eloundou Essomba, en l’état actuel de
l’évaluation des dégâts, les travaux de réhabilitation devraient durer au moins 10 mois. Pendant ce temps, a-t-il précisé, le marché continuera à être approvisionné grâce aux importations. L’arrivée des premiers tankers est d’ailleurs prévue cette semaine, atil révélé. Pour rappel, a souligné le ministre de l’Eau et de l’Énergie, en 2018 la Sonara a été en arrêt prolongé sur une période de 8 mois, pour les besoins de connexion des nouveaux équipements à l’ancienne raffinerie. Cet arrêt n’avait eu aucune incidence ni sur les prix à la pompe ni sur l’approvisionnement du marché en produits pétroliers raffinés.

 

Source: journal Emergence, édition du 4 juin 2019